Le Musée Horta


Caractéristique de l’Art Nouveau, l’architecture de Victor Horta (1861-1947) s’est distinguée par une révolution radicale sur le plan des formes et des volumes. Jouant sur les courbes et les matériaux nouveaux, il a créé un genre original, en utilisant par exemple des techniques de construction industrielles pour la décoration de demeures bourgeoises. Les bâtiments situés aux numéros 23-25 de la rue Américaine à Saint-Gilles sont l’incarnation parfaite de ces tendances nettes de l’architecture d’Horta. Ils furent érigés entre 1898 et 1901. Il s’agissait de l’atelier d’Horta ainsi que de sa résidence personnelle. Très novateur, Horta y a fait apparaître les structures de la bâtisse, créant un lien subtil entre décoration et construction. Les jeux de lumière et de perspective y sont remarquables.

Au retour d’un de ses voyages en 1919, Horta vendit la maison et le mobilier fut dispersé. La demeure eut différents propriétaires jusqu’à sa mise en vente en 1961. Cette année-là, centenaire de la naissance d’Horta, le conseil communal de Saint-Gilles, présidé par le Bourgmestre Jacques Franck et encouragé par Jean Delhaye – qui fut élève puis assistant de Horta, décida de racheter l’habitation pour cause d’utilité publique, avec pour objectif de promouvoir et de sauver l’œuvre de l’architecte. Classée par arrêté royal en octobre 1963, elle demeura vide quelques années mais la commune de Saint-Gilles encouragea la fondation, en 1969, de l’a.s.b.l. Musée Horta, constituée sous la présidence du Bourgmestre Franck, et qui concrétisa sa volonté initiale : voir la maison de la rue Américaine devenir un musée Horta. Il sera inauguré le 8 mars 1969. Ce n’est que deux ans plus tard, en 1971, que la Commune de Saint-Gilles put acheter l’immeuble du n°23 de la rue Américaine où Horta avait installé son atelier.

A sa création, le Musée Horta organisait diverses expositions temporaires, sur Horta et ses créations ou sur d’autres thèmes ou artistes liés à l’architecture ou à l’Art Nouveau et son époque. Avec le temps, le musée n’a plus pu rencontrer les exigences muséologiques de plus en plus strictes. Pour des questions de température ou de surveillance des œuvres par exemple, les autres musées n’ont plus accepté de prêter leurs pièces pour des expositions temporaires. De même, le musée souhaitait limiter un maximum les dégradations de la maison et de l’atelier engendrées par la mise en place de ces expositions et par le public nombreux qu’elles attiraient. Ainsi, le conseil d’administration du Musée Horta a choisi de ne plus poursuivre ce type d’activités et de se concentrer uniquement sur la préservation et la promotion de la maison de Victor Horta. Néanmoins, le Musée Horta continue à collaborer à l’organisation d’expositions hors du musée, en Belgique et à l’étranger.

Le musée Horta a créé en ses murs un remarquable centre de documentation ouvert à tous. Il se constitue des archives personnelles d’Horta – récupérées pour beaucoup chez la veuve d’Horta par Jean Delhaye et mises en dépôt par sa fondation, d’une photothèque consacrée à son œuvre et d’une incomparable bibliothèque spécialisée en ouvrages sur l’Art Nouveau. Ce fond est enrichi fréquemment par de nouvelles acquisitions, des legs et des échanges avec des institutions belges et internationales. Par ailleurs, le musée pratique depuis sa création un dépouillement et un archivage systématiques de tous les articles qui concernent Horta et son œuvre. En outre, le musée a édité un certain nombre d’ouvrages scientifiques, de guides, de catalogues ou encore de cartes postales. Le centre est fréquenté par nombre de chercheurs et d’étudiants et plus largement, par tout ceux qui s’intéresse à Horta ou à l’Art Nouveau.

Les Amis du Musée Horta rassemblent environ 350 personnes. Ils apportent un soutien pratique et financier au musée. Ainsi notamment, ils tiennent bénévolement le comptoir de vente du musée, le book-shop – qui propose des articles divers, et organisent des voyages autour de l’Art Nouveau. L’argent ainsi dégagé est réinjecté principalement dans la reconstitution du mobilier et de la décoration intérieure de la maison.

La Fondation Jean et Renée Delhaye, constituée en 1990, soutient les projets de travaux et de réfection de l’édifice. Elle rassemble tout le mobilier et la documentation mis en dépôt au musée.

L’a.s.b.l. Horta assure la gestion et le bon fonctionnement du musée et travaille pour la diffusion de la pensée et de l’œuvre de l’architecte. Elle se donne tous les moyens pour sauvegarder le patrimoine de Victor Horta et est aidée par l’administration communale saint‑gilloise en dehors de toute considération politique, linguistique ou philosophique. Ce soutien s’exprime notamment par la présence d’un échevin saint-gillois à la présidence de l’a.s.b.l. En outre, le musée a bénéficié de la contribution matérielle et financière de Jean Delhaye, des « Amis du Musée », de la Communauté française de Belgique, de la Vlaamse Gemeenschapscommissie et de mécénats privés pour la reconstitution de la décoration intérieure initiale de la maison et pour le soutien du plan de restauration global instauré en 1992 sous l’impulsion de Martine Wille, présidente de l’a.s.b.l. Horta depuis 1988. La réussite de l’a.s.b.l. est d’avoir pu associer pouvoirs publics et secteur privé pour l’élaboration du financement de toute la dynamique du Musée Horta. En 2000, ces efforts et investissements ont été encouragés par l’inscription du bâtiment, ainsi que trois autres œuvres de Horta, au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’élément conducteur de la politique de gestion du Musée Horta est de préserver, de restaurer et de promouvoir le patrimoine dont il a la charge, de même que de reconstituer, le plus fidèlement possible, suivant une politique d’acquisition ou par le bénéfice de dons, la conception architecturale et décorative qu’avait Victor Horta lorsqu’il imagina l’édifice. Tels sont les objectifs du musée Horta malgré une marge financière peu importante eut égard à l’importance de la tâche. Acteur majeur de notre patrimoine, le musée est fréquenté par un nombre croissant de visiteurs. Plus 56000 personnes ont découvert la maison d’Horta en 2003. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, il assure le retentissement de Saint-Gilles à l’échelle internationale. Le musée tente de maintenir, à court et à long termes, le difficile équilibre entre contraintes économiques et exigences patrimoniales. Ainsi, les visites de groupe sont organisées le matin, alors que les visites individuelles sont prévues l’après-midi. Par ailleurs, l’équipe du Musée Horta est animée par un souci constant d’amener un public nouveau rue Américaine, et plus particulièrement les bruxellois et les enfants. C’est dans cet esprit que devrait voir le jour, de l’autre côté de la rue Américaine, en face de la demeure d’Horta, un espace consacré aux expositions temporaires et aux activités à caractère pédagogique.

PLUS DE PRÉCISIONS

Fiche pratique


décembre 2017 :

novembre 2017 | janvier 2018


Liens utiles...