Chanu Gaëlle

rue de l’Hôtel des Monnaies, 98 - Saint-Gilles


dessin , peinture

"Tout commença alors que je rentrais de la section paléontologie du jardin des plantes à Paris.
Je n’avais retenu qu’organes flottants en bocal, contenants délicats et émouvants, alignés dans les recoins de la section. Loin de l’imaginaire sanguinolent que je m’en faisais, leur fragilité humaine m’apparût. C’était une histoire de flux, celle du va et vient d’une énergie et du réseau qui la porte, une histoire de matrice, de la recherche du sillon vital. Plus que jamais le rythme interne du corps me passionnait.

J’explore le corps du papier en retraçant le rhizome de notre circulation sanguine, à partir d’antiques planches ayant appartenu, entre autres, à l’encyclopédie de Diderot. Sous la peau, la violence des fluides internes gouverne. De la même façon, l’eau mêlée d’encre prend possession de mes feuilles de papier, les marque de ses mouvements et de sa propre temporalité." G.C.


Gaëlle Chanu - Phèdre