Exposition Double D

2012/03/01 - 2012/03/18

Organisateur et adresse :
Service de la Culture

Maison des Cultures
rue de Belgrade, 120
1060 Bruxelles

du mardi au vendredi de 13h à 16h30
Samedi de 14h à 18h
Vernissage le 1er mars à 18h30

Concert de clôture le 17 mars à 20h :
Pocket brass band & Frown-I-Brown
Entrée libre

Une rencontre temporaire entre Dema et Defo. Le temps d’une exposition, ils vont partager le goût pour la culture du graffiti à l’aide de trois disciplines : la peinture, la calligraphie et la sérigraphie.

La culture graffiti est le fil rouge qui va réunir ce duo. Alors qu’ils viennent chacun d’horizons différents, ils décident de donner leur propre vision urbaine entre culture underground et grand public, hip-hop et graffiti, entre tag et calligraphie.

Dema est l’instigateur du projet Double D. C’est aux côtés de la S-Connexion et par la suite avec CNN qu’il développe son art du graffiti. Rapidement, il mélange graff et calligraphie classique. Il a exploré plusieurs courants de son art tout en restant influencé par la calligraphie arabe ou japonaise.

Un autre aspect frappant de ses œuvres, c’est le travail sur la déstructuration de la forme au service du fond. Un travail que l’on peut comparer à un texte de rap qui éviterait les effets de style pour ne faire ressortir que le fond. Dema attache une importance particulière à ce que ces formes scripturales, ces instantanés de vie, soient (en partie) la traduction de sa philosophie de vie. Pour plus de détails, voir le site web http://www.demaone.com/


Defo  : Artiste urbain depuis 1993, éternel insatisfait, il ne demande qu’à dépasser ses limites. Il travaille avec méticulosité, précision et acharnement, tout en restant simple et ouvert à la critique constructive.
Son but est de retranscrire l’émotion d’un trait, ce détail qui passe inaperçu mais une fois enregistré dans sa globalité prend tout son sens. Pour lui l’art n’est pas seulement une image mais avant tout une sensation, une caresse subtile, derrière laquelle des traits nets et distordus se mélangent dans un déséquilibre harmonieux.
Il peint énormément, expose que très peu, recherchant la qualité du sujet et l’impact que sa peinture aura chez le spectateur.


novembre 2017 :

octobre 2017 | décembre 2017


Liens utiles...