Coups de Coeur - Parcours d’Artistes 2016

2017/09/29 - 2017/10/22

Organisateur et adresse :
Maison des Cultures
Rue de Belgrade, 120
1060 Bruxelles


Tous les deux ans, en mai, à Saint-Gilles et à Forest, des artistes ouvrent leur atelier au public. En 2016, dix projets présentés dans le Parcours d’Artistes Saint-Gilles / Forest ont été élus coups de cœur du public. Ils sont exposés à la Maison des Cultures de Saint-Gilles et au BRASS. Certains artistes y animeront des ateliers les week-ends. Le finissage du 22 octobre sera l’occasion d’une joyeuse déambulation en fanfare.

Consulter la page Facebook du Parcours d’Artistes.

Pour l’évènement, c’est ici.

En partenariat avec la Commune de Forest, le BRASS et l’asbl Les Rencontres Saint-Gilloises.
Avec le soutien de la Cocof.


Agenda
28/09, 18:00 : Vernissage
20h : Concert-performance de Warmysss
30/09 & 01/10, 14:00 > 18:00 : Atelier « OMBRES » avec Merab Surviladze
14/10 & 15/10, 14:15 > 18:00 : Atelier « Je crée un bijou qui me ressemble » avec Hélène Vanhamme
22/10, 14:00 : Finissage
17:30
 : Parcours en fanfare de la Maison des Cultures vers le BRASS


Coups de Cœur Saint-Gillois


(exposition à la Maison des Cultures de Saint-Gilles, rue de Belgrade 120) :

Marilyn Bras


Le travail photographique de Marilyn Bras s’articule selon deux axes : nature & décors naturels vs. Villes & urbanisme. Ils lui permettent de mettre en valeur une vision hallucinée de la réalité ou les mouvements du temps. Un élément, une notion, une couleur ou tout autre objet, paramètre, va révéler cette surréalité, cette vision hallucinée. Ces deux axes sont exploités selon toutes leurs possibilités : la nature peut être photographiée sans aucun travail de retouche jusqu’au maximum de travail. Idem pour les photos de ville. Chacune gravite selon cet axe : très travaillé pour faire ressortir une vision hallucinée ou très peu travaillée si cette vision est déjà présente.
A travers ce travail, l’artiste pose des interrogations quant aux conséquences des activités humaines sur la nature et sur les mouvements du temps. Par exemple la radioactivité est invisible, inodore, imperceptible. Mais captée grâce aux outils adéquats elle se révèle et offre une vision nouvelle de l’environnement, une "vision hallucinée".
S’entremêlent alors différents niveaux de réalité qui ne sont pas nécessairement tous visibles de prime abord, et qui permettent à Marilyn Bras de jouer sur un effet chamarrée dont toutes les strates sont mises en valeur d’une manière particulière. Cet effet chamarré de réalité prend une toute autre dimension lorsqu’il concerne le mouvement du temps. La réalité même de la photographie dépend encore plus qu’à l’accoutumée du regard du spectateur : selon les strates qu’il percevra, il créera son propre film, poétique et personnel, intime.

28/09/2017, 20h
Concert-performance : Warmysss

Warmysss, c’est un groupe musical et performeur où l’évidence et la complicité est la base. C’est un groupe avec diverses pulsions, diverses musiques, construit de contrastes, prenant naissance en occident, au chevet du Sahara. Une origine venue d’une apnée défendue, un fruit de partage indestructible comme un doux parchemin sucré d’un silence de feu.
"Je veux naître sur Vénus" est l’entrée du spectacle. Une performance acide sortie de palettes de couleurs avec comme support scénique une fenêtre ouverte vers des voyages inaltérables de tripes imaginaires et remplie de motivations pour la réalisation de rêves.

Chant : Marilyn Bras
Voix on / Choeur : Yassine Moulik
Batterie : Saoud Mama
Piano : Marilyn Bras et Saoud Mama


Caroline Brisset


« Je travaille le métal. Je tente inlassablement de modifier les particules invisibles de l’acier. Je cherche la contradiction de l’acte et de la forme et tente de sentir à travers mes sculptures que cette matière est discontinue, fragile et pleine de vide, et à la fois très dense, lourde et pesante. Trouver un souffle dans la masse inerte. Chaque forme est un équilibre éphémère, elle est en mouvement. Tout changement est une catastrophe et toute catastrophe une résurrection. Je manipule le métal et tente d’en révéler l’énergie intrinsèque. Je cherche à prendre en compte toutes ses propriétés. J’explore ses limites et ses possibilités physiques, le chauffe, le martèle, le tords. Je cherche à lui faire dire quelque chose de lui-même. C’est un dialogue ouvert avec la matière. »


Hélène Vanhamme


Après avoir parcouru diverses techniques picturales dont l’aquarelle et le pastel, en passant par l’enseignement et la relation d’aide (formation en gestalt et art-thérapie), Hélène Vanhamme a désiré sortir de la représentation figurative et réaliste en s’initiant à la 3D. En 2009, elle découvre par hasard la pâte polymère, cette argile aux possibilités infinies.
Depuis, l’artiste se consacre entièrement à la création de « L’Art à moi », sa perception de la joie et de la beauté, à porter, à offrir, pour le plaisir, le partage et pour regarder la vie en couleurs. Toutes ses créations tournent autour des techniques avec la pâte polymère, qui évoluent au fil du temps et de ses recherches. Elles se déclinent sous forme de bijoux, mobiles, bols, horloges ou d’autres petits objets usuels ou de décoration. Se considérant comme une praticienne de l’art modeste, elle garde à l’esprit que chaque jour, en créant, elle est surtout artisane de sa vie.
Comme il lui tient à cœur de transmettre le plaisir de créer à ceux qui en ont l’envie, Hélène Vanhamme anime régulièrement des ateliers d’initiation à la pâte polymère. Elle vous en proposera un à la Maison des Cultures, les 14 et 15 octobre, de 14h15 à 18h.

14/10 & 15/10, 14:15 > 18:00
Atelier : « Je crée un bijou qui me ressemble » : Encres sur pâte polymère.

Les participants pourront réaliser un pendentif et des boucles d’oreilles et / ou bagues assorties, avec l’artiste. A travers le travail de la pâte, ils libèreront leur créativité et joueront avec les couleurs pour repartir avec leurs œuvres à la fin de l’atelier.
PAF : 15 €
Sur inscription uniquement : relboubsi stgilles.irisnet.be
Plus d’informations : 02/534 34 53


Brigitte Vandendorpe


Construisant des volumes aux allures de véritables sculptures, Brigitte Vandendorpe explore, assemble, forme et moule des chapeaux au gré de sa fantaisie.


Merab Surviladze


« Les dernières innovations en matière d’impression 3D se bousculent à grande vitesse et la gamme de matières s’élargit, se diversifie, permettant de nouvelles pratiques artistiques et un nouvel esthétisme. L’évolution des technologies de pointe en création 3D permet aussi de repousser des limites techniques qui s’imposaient à moi, autorisant la création de formes difficilement réalisables auparavant. La 3D devient aussi un nouvel objet de communication et moyen d’expression. Paradoxalement, plus la technologie intervient, plus la recherche de formes naturelles semble s’imposer : des formes qui font référence à la nature, des formes organiques mais issues de concepts mathématiques. Au niveau technique, je travaille l’huile ou acrylique. Les petites formes sont sculptées à même la toile, et donnent l’impression d’une vue aérienne.
Actuellement, je suis attiré par la richesse des ombres, ces ombres qui donnent des formes, des tensions, des tonalités et des profondeurs parfois étranges. Travailler sur ces profondeurs et en retirer tout le caractère, et y voir surtout un complément d’informations sur les personnages.
Les ombres, toujours mêlées aux peintures, tentent de mettre en avant le coté véritable, quasi-réel d’une personne, d’un objet ou d’un simple coup de peinture lancé sur la toile. Derrière les visages, on peut retrouver une idée cachée dans un autre être dissimulé en nous. Il suffit de savoir, de sentir où porter son regard.
Égaux les uns aux autres, et physiquement toujours différents, nous dégageons, intérieurement, constamment le même coté troublant que l’on se force mutuellement de découvrir. Et, rebelle par rapport à nous même, nous faisons face, dans l’imagination du peintre, à une image de soi-même que nous voulons trop sûrement refouler.
La lueur émanant des tableaux, superposée aux contours des ombres, développe le côté lumineux des regards si captivants.
Des artistes se sont appuyés sur les lumières pour faire ressortir des sentiments. Moi, j’ai décidé de m’installer dans la couleur de l’ombre, et malgré la noirceur des reflets, les yeux, agrippés aux œuvres, s’éclaircissent. Effectivement, dans cette noirceur qui accompagne un élément, je ne fais pas attention à son origine, à sa langue, à la couleur de sa peau ou même à un endroit, mais j’exprime le fait que, dans l’ombre, nous sommes tous libres d’être ce que nous sommes. »

30/09 & 01/10, 14:00 > 18:00
Atelier : OMBRES

Les participants créeront des figurines de pingouins avec l’artiste et les insèreront dans une œuvre participative qui sera ensuite exposée parmi les Coups de Cœur du Parcours d’Artistes.
Gratuit
Plus d’informations : 02/534 34 53


Coups de Cœur Forestois

(exposition dans la salle des cuves du BRASS) :

Rachel Silski

08/10, 15:00 > 17:00
Atelier : « L’encre de Chine en liberté », par Rachel Silski


La Camaraderie


Corinne Hoehn


Marc Van Enis


Les ateliers Eugène Chimères

David Crunelle, Jennyfer Genelé, Guillaume Lizin, Mickomix, Benoit Pourreau, Anaïs Vivien et Yakana


octobre 2017 :

septembre 2017 | novembre 2017


Liens utiles...