À la Loeuvrette Factory, ou la postérité par le postérieur


Danièle Anciaux , Laurent d’Ursel , Roel Jacobs

rue Coenraets, 44 - Saint-Gilles


loeuvrettes - photographies - jambes - édition


L’art INTRAPASSIF évoque la poussière, le silence, le musée, bref procure une jouissance désintéressée, intime, curieuse, éclectique, autonome, solitaire, désespérée ? Qu’à cela ne tienne ! Le loeuvrettisme sait s’envoler dans l’air du temps, faire des courbettes au ludisme ambiant, vous peloter généreusement dans le sens du poil, dérouler le tapis rouge devant votre désir de consommer, bref, se faire INTERACTIF. Oui ! vous allez prendre part à la création de la première loeuvrette collective, sorte de partouze à la queue leu leu étalée sur trois week-ends en enfilade. Car, fidèle à sa tradition, la Loeuvrette Factory mène au pinacle par la porte de service. En plus, c’est gratuit et vous en gardez un souvenir numérique. Non ! on aura rarement racolé aussi vil, ratissé aussi gros, rassuré aussi bas. A part ça ? Des loeuvrettes en veux-tu en voilà trop. Concrètement ? Surprise... La routine, quoi ! De l’art et l’emballage qui va avec. C’est de bonne guerre : la mort n’est pas un cadeau.


ARTISTES INVITES : Roel Jacobs, photographies (Het witte licht in de oases van de binnentuinen is blauw). Et Danièle Anciaux, jambes (Au vide de l’intersection).

« LE DESSOUS DES CARTES » : une performance avec François de Coninck, pour le lancement des collections Logos, Imagos et Craignos de sa nouvelle maison d’édition KLET & KO. Le dimanche 14 mai à 15 heures. Entrez libre.


laurent_dursel.jpg